Valverde, l’homme tranquille qui a remis le Barça à l’endroit

Leader de Liga avec 9 points d’avance sur son dauphin, l’Atlético Madrid, meilleure attaque et meilleure défense du championnat, qualifié en huitièmes de finale de la Ligue des champions et l’impression, permanente, que l’équipe est capable de minimiser au mieux les qualités de ses opposants : le Barça 2017-2018 répond présent sur de nombreux plans. Si le jeu proposé n’est pas toujours le plus chatoyant, il est peu probable de voir le club catalan encaisser de nouveau une défaite 4-0 contre le PSG ou 3-0 face à la Juventus comme ce fut le cas la saison dernière en Ligue des champions. Il était délicat d’imaginer un tableau si idyllique l’été dernier avec le départ de Neymar, les arrivées de joueurs pas forcément adaptés, avec l’exemple Paulinho très critiqué en premier lieu, ou encore la défaite face au Real Madrid en Supercoupe d’Espagne (5-1 en cumulé). C’est le mérite majeur d’un homme, Ernesto Valverde, qui a su redresser la situation et gérer au mieux, jusqu’ici, les égos de son groupe. 

Si l’ancien entraîneur de l’Athlétic Bilbao possède une caractéristique propre, c’est sa tranqulité. Il semble toujours sûr de ses capacités et cette conviction se ressent lorsque le Barça doit faire face à des situations d’adversité. Face au Real Madrid à Bernabeu (0-3), la Juventus (3-0; 0-0), Valence (1-1) ou l’Atlético Madrid (1-1), le Barça a su faire le dos rond, offrant parfois des séquences de jeu pouvant rappeler une maîtrise digne du Barça de l’époque Guardiola, notamment à Mestalla. « Il m’a surpris de façon positive. Il est très calme avec une sincérité en vous parlant. Il transmet de la tranquillité et ne devient jamais nerveux, je pense qu’il est clair que tous les joueurs ont sa confiance et il leur donne des opportunités. Il n’a aucun problème et il l’a prouvé. C’est admirable. Lui et le staff d’entraîneurs regardent toujours les choses à améliorer », a confié Luis Suarez dans un entretien accordé à Mundo Deportivo. 

Une mentalité compétitive de retour au sein du groupe

Si la pression et le niveau d’exigence sont sans doute plus important à Barcelone qu’ailleurs, Valverde a su gérer le contexte de la meilleure façon possible. Arrivé au sein d’un vestiaire qui semblait connaître un état mental discutable, le technicien a rapidement pris les choses en main et su convaincre du bienfait de ses idées. La philosophie du club est l’objet d’un débat perpetuel et l’entraîneur, avec conviction, se montre capable d’ériger un groupe à son image : sûr de lui, conscient de ses faiblesses comme de ses forces et qui va dans le même sens. Le natif de Viandar de la Vera parvient à exploiter le maximum des qualités de quasiment l’intégralité de son effectif. Valverde est arrivé d’une manière très respectueuse dans une équipe qui a tout gagné il n’y a pas si longtemps. Il s’est présenté pas à pas et a essayé d’impliquer avec succès les acteurs du nouveau projet, en commençant par son élément numéro un, Lionel Messi. 

Valverde lui a fait comprendre qu’il allait rester au centre du projet et l’a fait revenir à une position de faux numéro 9 dans certains matches. Valverde a pu procéder de cette façon après avoir eu la confiance de Luis Suarez, qui a fait le plus mauvais début de saison de toute sa carrière en jouant comme un ailier pour faire de Messi un faux numéro 9, même si l’Uruguayen est de retour à un niveau plus que convenable depuis quelques semaines. De façon générale, tout entraîneur ne peut procéder de telle façon sans l’accord des joueurs ou la confiance de son groupe. Valverde a aussi su convaincre Messi de rester sur le banc lors du match important à Turin contre la Juve en octobre dernier. Aucun autre entraîneur qui a eu Messi sous ses ordres n’a jamais su le faire à Barcelone. Bien sûr, il a 30 ans, mais Messi, comme il l’a dit lors de la cérémonie du soulier d’or européen, comprennait la necessité de prendre soin de son corps. C’est aussi la patte Valverde.

Ernesto Valverde Zinedine Zidane Real Madrid Barcelona Clasico

Dans le même registre de gestion, il est le principal responsable des moments brillants d’Andres Iniesta, celui qui lui a fait comprendre qu’il pouvait toujours être un joueur important comme il voulait l’être avant de signer sa prolongation. À cet égard, l’intégration future de Philippe Coutinho pourrait permettre une rotation plus marquée de l’international espagnol en fonction de comment Valverde compte l’utiliser et surtout considérant l’avance du Barça en Liga. Coutinho ne pourra pas jouer la Ligue des champions cette saison et Iniesta pourra être à un niveau optimal lors du printemps prochain et la confrontation face à Chelsea. 

L’article continue ci-dessous

La connexion Alba-Messi, le renouveau de Thomas Vermaelen, un Suarez de retour à un haut niveau compétiif, ou encore un Busquets plus disponible que jamais dans la relance, les motifs de satisfaction – sur le plan individuel – sont légion. Au micro de Barça TV, Valverde a synthétisé sa volonté : « Quand nous n’avons pas la balle, nous nous organisons d’une manière, et quand nous l’avons d’une autre. La chose la plus importante est que lorsque nous attaquons, nous sommes tous des attaquants et quand ce n’est pas le cas, nous sommes tous des défenseurs. Cela génère un esprit d’équipe, nous sommes ensemble pour tout et c’est fondamental . »

Il s’agit probablement de l’aspect le plus important dans le travail effectué par l’entraîneur : il a été capable de rétablir un véritable état de concentration alors que le Barça peut parfois sembler distrait par les nombreux facteurs qui composent son environnement. En créant un climat propice au développement des qualités de ses joueurs, Valverde a su réveiller le caractère de son groupe dont la mentalité est à valoriser selon lui : « Ils sont une équipe gagnante et extrêmement compétitive, cela est évident dans les séances d’entraînement et aussi dans les matches. Ils ont beaucoup de responsabilités avec ce qu’ils doivent faire et cela se voit dans les joueurs individuellement et aussi dans la préparation des matches. » 

Guidé par un objectif commun, celui de redevenir une référence en Europe, le Barça actuel transmet la sensation d’être une véritable équipe : compacte, pragmatique, capable de réduire au mieux les capacités des adversaires en exploitant ses occasions et parvenant à jouer les matches de la façon dont elle le désire. Personne ne s’attendait à un tel résultat d’ensemble en août dernier, le reflet du travail de Valverde est par conséquent d’autant plus fort.

Let’s block ads! (Why?)

2 thoughts on “Valverde, l’homme tranquille qui a remis le Barça à l’endroit

  1. abdel kany

    grand bravo a cet homme. le barca est efficace (28 match sans défaite !), ca c bon. nous sommes sur une bonne lancé et je pense, vu le Calendrier on va pas perdre now.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *