Le Barça puissance 5 en Ligue des Champions

Le Barça a réalisé un triplé historique, le second de son histoire en battant la Juve en Finale de ligue des champions (3-1) à Berlin.

LE MATCH : 1-3
La 60e finale de la Ligue des champions a consacré ce samedi à Berlin non seulement la meilleure équipe de la saison – c’est incontestable – mais aussi la plus performante de ces dix dernières années. Le FC Barcelone a logiquement triomphé de la Juventus Turin (3-1) et remporté ses quatre dernières finales de C1 (2006, 2009, 2011 et donc 2015) tandis que la Vieille Dame reste, elle, sur quatre échecs (1997, 1998, 2003 et 2015).

Ce fut une finale de haut niveau, et il ne fallait pas arriver en retard à l’Olympiastadion puisqu’Ivan Rakitic a trouvé l’ouverture dès la 4e minute (1-0). Le favori ne pouvait pas mieux débuter, alors qu’il venait de montrer quelques signes de fébrilité en défense. Pour le spectacle, c’était également idéal puisque le Barça allait évidemment continuer à dominer alors que la Juve se retrouvait dans l’obligation d’attaquer.

Si Vidal (8e), Morata (24e) et Marchisio (25e et 44e) ont tenté de remettre la Vieille Dame sur pieds en première période, c’est l’Espagnol Morata qui est finalement parvenu à égaliser lors d’une entame de seconde période où le Barça a souvent été secoué. L’ancien du Real a profité d’un tir de Tévez relâché par Ter Stegen (55e, 1-1). Tévez (63e) et Pogba (65e) ont continué de mettre la pression sur le Barça, mais un but de Suarez à 20 minutes de la fin a remis les Blaugrana à l’endroit (69e, 2-1) avant que Neymar ne vienne alourdir le score lors du temps additionnel (90e+7, 3-1). Le virage catalan pouvait alors exulter. Son fantastique Barça a arraché la cinquième C1 de son histoire. Pirlo était en larmes.
LE FAIT: l’arbitre n’a pas osé siffler de penalties
Quatre minutes après le but de Rakitic, le latéral droit de la Juve, Stephan Lichtsteiner a touché le ballon de la main dans la surface sur un centre de Neymar. L’arbitre n’était pas loin de l’action mais n’a pas bronché. La faute était évidente, mais M. Cakir n’a pas osé… Il savait alors que le match aurait eu de grandes chances d’être plié. Si tôt. Trop tôt. Alors il a fait se poursuivre l’action et laisser la Juve partir en contre, avec Vidal à la conclusion qui tira finalement au-dessus (8e).

A la 35e, il s’est quelque peu rattrapé en ne sifflant pas penalty pour Pogba, clairement bousculé par Alba dans la surface catalane. Sauf qu’en seconde période, ce même Pogba a été retenu par Alvès au point de penalty, et là aussi point de coup de sifflet venu de l’arbitre, encore muet. Et sur l’action qui suit, le Barça a marqué le deuxième but…
LE JOUEUR : Lionel Messi a fait marquer les autres
Lionel Messi, qui a disputé à Berlin son 56e match de la saison, n’a pas trouvé le chemin des filets, ce qui est assez rare pour être souligné. Mais le génial Argentin a fait ce qu’il fallait pour faire briller ses équipiers. Le premier but, signé Rakitic, vient de lui. Car c’est lui qui, alors qu’il est dans une position décrochée au milieu, a fait une belle transversale pour Alba, qui donna à Neymar pour Iniesta, passeur décisif pour Rakitic (4e).

En seconde période, alors que la Juve vient d’égaliser, c’est la «Pulga» qui a offert indirectement à Suarez le deuxième but du Barça. D’un tir puissant, l’Argentin a obligé Buffon à une parade. Le portier a relâché le ballon, ce qui a profité à l’Uruguayen, qui seul au second poteau n’a plus eu qu’à pousser le ballon au fond (69e). Et sur le troisième but, de Neymar, c’est encore Messi qui a parfaitement lancé le Brésilien (90e+7). Le meilleur joueur du monde a décroché sa 4e Ligue des champions avec le Barça en neuf ans. Enorme. In L’Equipe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.