C1 – Depuis 2013, Manchester United a dépensé 766 millions d’euros sans jamais dépasser les quarts de finale

« Acheter de meilleurs joueurs. Tout le monde dépense de l’argent, non ? Donc nous aussi. C’est un processus normal. » À la suite de la piteuse élimination de Manchester United par Séville mardi soir en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, José Mourinho n’avançait qu’une seule solution pour permettre à la formation anglaise de rebondir dans les prochains mois. Pas de remotivation de ses troupes, pas de nouveau système de jeu, non, le simple constat qu’en 2018, les Red Devils ne peuvent s’améliorer qu’à travers de nouvelles recrues onéreuses. 

L’évolution du Barça dans son jeu de position

Trois titres mais aucun trophée majeur

Il est difficile de faire le procès de l’argent uniquement à l’équipe mancunienne quand, à côté, Chelsea, Manchester City, Liverpool ou encore Tottenham dépensent aussi des sommes considérables à chaque mercato pour renforcer leurs effectifs. Néanmoins les résultats sont là. Les Blues ont été champions d’Angleterre l’an passé et les Citizens filent sans contestation possible vers cette couronne nationale cette saison. À United le bilan en terme de trophées se résume à une FA Cup (2016), une League Cup (2017) et une Europa League (2017), des distinctions qui ne suffisent pas à effacer les déceptions accumulées depuis le départ de Sir Alex Ferguson, en 2013.

L’article continue ci-dessous

Après la fin de carrière de l’entraîneur écossais, United n’a cessé de devenir un acteur majeur sur le mercato estival, dépensant ainsi près de 766 millions d’euros en cinq ans, soit une moyenne de 153 millions d’euros par saison. Si le besoin de régénérer l’effectif champion de Premier League était légitime, David Moyes, Louis van Gaal et José Mourinho ont eu les pleins pouvoirs pour recruter à volonté. Les trois n’ont pourtant pas su redonner aux Red Devils leurs lettres de noblesse, s’enfonçant petit à petit dans des coups d’éclat trop peu suffisants pour un club qui reste une institution prestigieuse aux yeux de nombreux amateurs du ballon rond.

 

Pogba en tête d’affiche d’une machine qui peine à jouer

Avec son arrivée record à l’époque pour 105 millions d’euros, Paul Pogba incarnait avec Zlatan Ibrahimovic et José Mourinho ce United revenchard, désireux de revenir très vite au sommet. La sixième place en Premier League a vite été évacuée par la qualification directe en C1, grâce à la victoire en Europa League. Pourtant hier l’attaquant suédois n’était pas sur la feuille de match et l’ancien milieu de la Juventus était remplaçant. Son entrée en jeu à la pause en a étonné plus d’un. À part une frappe dangereuse de loin non-cadrée, l’international français a été décevant, à l’image de cette passe en touche après plusieurs touches de balle, qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux. Un rendement bien insuffisant pour celui qui était censé porter haut les Red Devils.

Dans la Ligue des Champions, où Manchester United a un rayonnement conséquent lié à ses trois succès dont les finales de 1999 et de 2008, les dernières éditions représentent de véritables obstacles, quand l’équipe fait acte de présence. En 2014-2015 et en 2016-2017, David De Gea et les siens n’étaient pas présents, en conséquence aux mauvais résultats enregistrés en championnat. Il y a deux ans, avec Louis van Gaal, l’équipe ne parvenait même pas à dépasser la phase de groupes, dépassée alors par Wolfbsurg et le PSV Eindhoven. Cette fois-ci, c’est Séville qui a mis fin au parcours des Mancuniens. En résumé, depuis 2013 et l’élimination en quart de finale par le Bayern Munich, à chaque fois les Mancuniens ont été sortis par des formations loin des cadors européens. Et l’on se dit logiquement que l’argent est loin d’être une raison légitime pour expliquer cette dynamique négative dans la coupe aux grandes oreilles.

Let’s block ads! (Why?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.